OraRoa guide de la santé

L’endométriose, une maladie qui sort de l’ombre

L’endométriose est une maladie liée à l’endomètre, donc qui touche les femmes. Elle toucherait 10% d’entre elles. C’est une maladie chronique invalidante. Une association, Endopolynésie, est née en 2018 en Polynésie pour sensibiliser et accompagner les patientes.


L’endomètre est le tissu qui recouvre la paroi interne de l’utérus. Au début de chaque cycle menstruel, il s’épaissit, devient richement vascularisé pour pouvoir accueillir l’embryon en cas de fécondation d’un ovule. Ce tissu est réagit aux hormones, les messagers de l’organisme. Plus précisément, il réagit aux hormones sexuelles. Sans les hormones, c’est un tissu qui reste au repos. Ce qui est le cas chez les jeunes filles, les femmes ménopausées.

L’endométriose c’est une maladie gynécologique. Elle est en lien avec l’endomètre. Une femme touchée par l’endométriose voit du tissu endométrial se loger en dehors de la cavité utérine : péritoine, ovaire, trompe, intestin, vessie, uretère…


Cela engendre des lésions composées de cellules qui vont se comporter comme des cellules de l’endomètre. Elles vont donc réagir aux hormones tous les mois. On peut comprendre, dans ce cas, les douleurs que cela peut provoquer.


Souvent, les professionnels de santé disent qu’il n’y a pas une, mais des endométrioses car la maladie ne se développe pas chez toutes les patientes de la même façon.

Les symptômes peuvent ou non s’aggraver.

Il n’y a plus de « stades » (I, II, III, IV) comme cela a longtemps été le cas, mais des « types » d’endométriose selon la Haute autorité de santé et le collège national des gynécologues et obstétriciens de France.


L’endométriose :

  • superficielle,

  • ovarienne,

  • pelvienne profonde. Les organes du pelvis sont ceux situés sous la hanche (vessie, utérus, ovaires chez la femme).

Il reste difficile d’expliquer l’origine de cette maladie ou bien les mécanismes qui peuvent l’induire.


Symptômes

L’endométriose est responsable de très fortes douleurs invalidantes, parfois de stérilité. Il n’y a pas de lien entre l’intensité de la douleur et le type d’endométriose, ni entre la douleur et l’étendue des lésions.

Souvent, le symptôme est une douleur pelvienne récurrente et aiguë en particulier au moment des règles. Il peut y avoir des douleurs en dehors des règles, pendant les rapports sexuels par exemple.


Diagnostic et traitement

Il faut réaliser un examen clinique, échographique voire une IRM et analyser du tissu prélevé au cours d’une chirurgie. Un traitement hormonal est possible selon les cas. La chirurgie étant le seul traitement qui permet l’élimination complète des lésions associées à l’endométriose.


Prévalence

L’endométriose est une maladie fréquente car elle touche une femme sur 10. En Polynésie, il n’y a pas de chiffres relatifs à cette maladie. Une association Endopolynésie, commence tout juste à faire la lumière sur le sujet. Elle est née en 2018. Elle permet aux femmes de se sentir moins seules et d’avancer plus rapidement sur leur chemin thérapeutique.


L’association a lancé une grande enquête en février 2021 parmi les femmes touchées pour mieux connaître la situation en Polynésie.

 

Contact

FB : Association EndoPolynésie

endopolynesie@hotmail.com

89 57 44 79




#endométriose #symptôme #diagnostic #traitement #prévalence #assoendopolynésie #utérus



OraRoa guide de la santé