Guide Oraroa gauche.jpg

Le suicide - Te ‘ōnohi

Le suicide est un geste individuel. C’est un acte délibéré qui met fin à sa propre vie.

E fa’aotira’a ‘ōtahi te ‘ōnohi. E fa’aotira’a ferurihia nō te ha’apohe iāna iho.


Ce geste s’inscrit aussi dans un contexte plus large d’interaction avec les personnes de son entourage, avec sa communauté immédiate, et la société en général.

E ō ato’a mai rā te feiā e ‘auaha’ati ra iāna.


Le suicide est multifactoriel, c’est-à-dire qu’il y a plusieurs causes qui mènent au suicide.

E rave rahi mau tumu e tūra’i i te ta’ata e ‘ōnohi iāna.


Il n’est pas spontané, il est le résultat d’un processus qui commence avec le développement d’idées suicidaires, puis la fixation sur ces idées qui prennent de plus en plus de place, puis l’élaboration d’un plan précis. Le processus, peut se dérouler sur un temps assez court.

E ‘ere ‘ōia i te mea mana’o-‘ore-hia, te hope’ara’a teie nō te hō’ē mana’o ‘ōnohi ferurihia, e vai noa i roto i te ferurira’a, tae atu ai i te mahana i fa’ata’ahia e ana. Nehenehe rā i ni’a i te hō’ē taime poto roa.

Il existe des signes qui peuvent alerter les proches sur l’intention de suicide.
Tē vai ra rā te mau tāpa’o e fa’a’ite mai i te mana’o ‘ōnohi.


Cela peut-être des messages verbaux comme : « Vous seriez tellement mieux sans moi, je suis inutile, j’ai tout raté, fiu de la vie, la vie ne vaut pas la peine d’être vécue. »


Mai te tahi mau paraparau mai teie te huru : « ‘oa’oa noa ‘outou mai te peu ‘aita vau, ‘aita e ha’apa’ora’a tō’u, fiu i te ora, ta’ahoa i te orara’a. »




Une personne qui fait une tentative de suicide ne veut pas forcément mettre fin à ses jours, mais c’est toujours un signal de mal-être profond.

E’ere te ‘ōnohi te mana’o mātāmua o te hō’ē ta’ata e mana’o ra e nā reira, tera rā, e mea pāpū te fa’aara mai ra ē e fifi rahi tōna.

Quelques chiffres

Te tahi mau umera

En Polynésie, ce sont surtout des femmes (3 pour 1 homme) qui font des tentatives de suicides.

I Porinetia nei, e vahine te rahira’a teie e ‘ōnohi nei ia rātou (3 vahine i ni’a i te 1 tāne).


Jusqu’en 2015, le pic était autour de 30 ans. Les personnes jeunes de 25 à 30 ans étaient les plus concernées.

Tae roa mai i te 2015, tei ni’a i te faito e 30 matahiti tō rātou. Te mau taure’are’a ihoā rā mai te 25 ‘e tae atu i te 30 o te matahiti.


Les décès par tentative de suicide tendent à diminuer avant 30 ans depuis peu. Les personnes entre 45 et 65 ans sont de plus en plus concernées.

Te iti mai ra te feiā i ni’a i te faito 30 matahiti tei pohe i te ‘ōnohi. Te rahira’a e ‘itehia nei tei ni’a īa i te faito 45 tae atu i te 65 o te matahiti tei pohe i te ‘ōnohi.

En cas de conduite suicidaire

‘ia ‘ite-noa-hia atu te tapa’o ‘ōnohi

Tout le monde peut aider une personne en situation de conduite suicidaire avant même les professionnels de santé ou membre de l’association SOS Suicide.

E ‘ohipa teie nā te ta’ato’ara’a hou te mau tuati ma’i ‘aore rā te ta’atira’a SOS suicide e rave mai ai ia rātou.

Que faire ? Nāfea īa ?

1) Prendre la personne au sérieux en évitant de se moquer d’elle, de moraliser ou de la mettre au défi.

‘eiaha e fa’a’ō’ō ia rātou, ‘eiaha e ha’avāhia atu ‘aore rā e fa’ahaehae atu.


2) Lui faire part de nos inquiétudes à son sujet.

‘a parau atu e tē mana’ona’o nei ‘outou iāna.


3) L’écouter et lui démontrer que nous comprenons l’ampleur de sa détresse.

‘ fa’aro’o atu iāna, ‘a fa’a’ite atu e tē māramarama nei ‘outou i tōna fifi.


4) Vérifier si la personne pense au suicide et, dans l’affirmative, chercher à savoir comment, où et quand elle entend passer à l’acte.

‘a hi’o atu e ‘aita ānei e mana’o ra e ‘ōnohi iāna, mai te peu tera ihoā, ‘a ‘imi atu e nāfea ‘ōia, i hea roa ‘e ‘āfea e rave ai i te reira.


5) Plus le plan est précis, plus il faut être énergique et agir rapidement dans l’aide à apporter.

Mai te peu ‘ua pāpū tāna fa’anahora’a, ‘a tauturu ‘oi’oi atu iāna.


6) Soutenir la personne dans sa démarche de recherche de solutions tout en respectant nos limites et en évitant de tout faire à sa place.

‘a tauturu atu iāna i roto i tāna ‘imira’a rāve’a ma te fa’atura i te ‘ōti’a i roto ia ‘oe ‘e ‘ōna.


7) L’encourager à chercher de l’aide et l’accompagner au besoin.

Fa’aitoito iāna i te ‘imira’a i te tauturu ‘e ‘a ‘āpe’e atu iāna i roto i taua ‘imira’a ra.


8) Aller nous-même chercher de l’information et du soutien pour être en mesure de mieux aider.

‘a ti’i i te mau ha’amāramaramara’a nō te tauturu tano iāna.


L’association SOS Suicide

Te ta’atira’a SOS Suicide (‘ōnohi)

Elle a été fondée en 2011 par le docteur Stéphane Amadéo et deux élèves infirmiers. L’association prévient les conduites suicidaires, met elle est aussi là pour répondre aux situations de crise.

‘ua ha’amauhia i te 2011 ra e te taote Stephane Amadeo ‘e tae noa atu e piti nau tua’ti ma’i. Nā teie ta’atira’a e ara nei i te parau o te ‘ōnohi, nāna ato’a e pāhono i te mau anira’a rū.


Elle met à disposition un centre téléphonique et un soutien direct aux personnes suicidaires.

Tē vai ra hō’ē numera niuniu nō te feiā tei roto i teie fifi


Site internet : https://sossuicide.pf

Tahua natirara : https://sossuicide.pf

Contacts

Numéro vert : 44 47 67

Numéro d’urgence : 89 20 25 23 ou 87 20 25 23

Numéro secondaire : 87 79 07 87


#suicide #prevention #signes #messages #tristesse #tentative #SOSsuicide

Guide OraRoa droit
  • OraRoa guide de la santé
  • OraRoa guide de la santé
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône
  • Gris LinkedIn Icône

© Agence SMILE - Guide de la santé 2019

Pour recevoir chaque semaine ton info santé, abonne-toi ICI