• OraRoa guide de la santé
  • OraRoa guide de la santé
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône
  • Gris LinkedIn Icône

© Agence SMILE - Guide de la santé 2019

Pour recevoir chaque semaine ton info santé, abonne-toi ICI

Direction de l'agriculture en Polynésie française

AGROPOL

pour une production agricole de qualité

Pour assurer une alimentation saine et durable en Polynésie, la DAG accompagne les agriculteurs dans leurs pratiques et les conseille.

AGROPOL, le centre de recherche, innovation, valorisation en agriculture de la DAG, regroupe les activités de recherche agronomique et de valorisation dans le domaine des productions végétales et animales. Il a pour mission principale la mise au point de techniques innovantes visant à assurer une production agricole de qualité (réduction de l'utilisation des pesticides, goût/saveur, …) et la diffusion de ces techniques aux professionnels.

Les missions d’AGROPOL sont :

  • La sélection des variétés de plantes maraichères (poivron, melon, tomate, carotte…), agrumes et vivriers (taro, patate douce, tarua…) les plus adaptées à la Polynésie française

  • La conservation des ressources génétiques vivrières (banane, ‘uru, taro…)

  • L’analyse des résidus de pesticides dans les fruits et les légumes locaux et importés

  • Le diagnostic des maladies des plantes

  • La production d’auxiliaires (insectes prédateurs) pour lutter contre les insectes ravageurs des cultures

  • La promotion des activités d’agro-transformation.

 

En bref, quelques actions d’AGROPOL :

La production d’auxiliaires

Les auxiliaires sont les amis du jardinier, ils tuent les insectes nuisibles aux cultures (ex : la coccinelle qui mange le puceron, les micro-guêpes qui mangent les autres insectes de l’intérieur). Chaque année plus d’un million d’auxiliaires sont lâchés dans une vingtaine d’îles pour lutter contre les insectes (mouche des fruits, Brontispa l’hispine du cocotier). Cette méthode s’appelle la lutte biologique : elle permet d’assurer un contrôle naturel des ravageurs et de limiter l’utilisation de pesticides. Il est prévu d’élargir la gamme d’auxiliaires produits pour pouvoir lutter contre les principaux ravageurs des légumes.

L’analyse des résidus de pesticides

Depuis 2012, au moins 3 campagnes par an d’analyse de résidus de pesticides dans les fruits et légumes locaux et importés sont effectuées. Ce suivi permet de s’assurer que les produits destinés aux consommateurs respectent la réglementation locale et sont de qualité. A la remise des résultats aux agriculteurs, des conseils sur le mode d’emploi des pesticides et l’usage des produits les plus adaptés suivant le type de culture sont prodigués.

Grâce à ce système d’accompagnement personnalisé, le pourcentage de produits locaux qui respectent la règlementation polynésienne depuis 2012 est maintenu entre 92% et 100% alors que celui des produits importés varie de 75% à 100%. En 2019, 67 % des produits locaux testés auprès de 36 producteurs ne contiennent aucun résidu contre 25 % pour les importés.

Ex. : Aucun pesticide n’a été retrouvé dans 100 % des ananas de 19 producteurs de Moorea contrôlés en 2017 et 2019.

 
 

Que sont les pesticides ? Comment les utiliser sans risque ?

Ce sont des produits qui « tuent les pestes » et sont pour la plupart des produits chimiques présentant des risques pour la santé et l’environnement.

Afin de limiter ces risques, il est nécessaire de respecter les conditions d’utilisation des pesticides en lisant bien l’étiquette ainsi qu’en portant des protections adaptées (masque, combinaison, gants, bottes).

Que dit la règlementation ?

L’utilisation des pesticides en Polynésie française est encadrée par une loi du Pays qui autorise une liste de pesticides autorisés d’une part, fixe les limites maximales de résidus de pesticides (LMR) des produits végétaux destinés à l’alimentation humaine.

Les résultats d’analyse de la DAG sont comparés avec les limites maximales de résidus de pesticides (LMR) qui sont les seuils autorisés de pesticides définis pour chaque fruit ou légume. Ces limites sont fondées sur l’utilisation des pesticides conformément aux bonnes pratiques agricoles et l’exposition minimum du consommateur. Elles sont établies de façon à garantir la sécurité du consommateur.

FILIERE VEGETALE

Au travers des campagnes de mesure des résidus de pesticides dans les fruits et légumes frais commercialisés à Tahiti, la DAG participe à la surveillance de la qualité sanitaire des aliments.

Certaines activités de son pôle « agro-transformation » basé à Papara, ont la même finalité. Ainsi aux cours de ces 2 dernières années la DAG a mené les actions suivantes :

- essais de conservation par congélation de litchis ;

- suivi de la qualité des carottes de Tubuai et de leur faculté de conservation en chambre froide ;

- évaluation de la qualité organoleptique et de la tenue poste récolte de nouvelles variétés de melons et de pommes de terre ;

- analyses d’huiles vierges de coco pour le compte des producteurs dans le cadre d’un suivi de la qualité.

FILIERE ANIMALE

La finalité de DAG est fondamentalement de développer l’agriculture afin de nourrir la population polynésienne, contribuant ainsi à sa sécurité alimentaire c’est à dire lui garantir un accès à une alimentation en quantité et qualité suffisante.

Le principal levier dont elle dispose est une aide à l’investissement des agriculteurs pour leur permettre de produire plus et mieux. Elle met en place également des équipements structurants par exemple l’abattoir de Papara qui permet la production de viande porcine et bovine répondant aux exigences sanitaires. Deux projets d’abattoirs sont aujourd’hui à l’étude sur les îles de Raiatea et Nuku Hiva afin de permettre aux habitants des îles sous le Vent et des Marquises de consommer avec toutes les garanties sanitaires nécessaires la viande produite sur place dans les cantines scolaires et les autres collectivités. Des installations spécifiques à la production caprine devraient également voir le jour très prochainement à Ua Pou et Ua Huka. Les actions de la DAG au cours des deux dernières années comprennent aussi l’essai de maturation et de conservation de la viande bovine locale.

La Direction de la Biosécurité est chargée selon l’arrêté n° 169 CM du 17 février 2017 portant création et organisation d’élaborer et d’appliquer la réglementation en matière de protection des végétaux, de santé et bien-être animal et de sécurité sanitaire des aliments  mais aussi de proposer et de coordonner les plans de lutte destinés à prévenir l’introduction et la dissémination en Polynésie française des organismes nuisibles aux végétaux et aux animaux, responsables des maladies végétales, animales et pouvant avoir un impact sur la santé humaine.

Retrouvez les fiches techniques de la DAG et beaucoup d’autres informations sur le site internet : www.service-public.pf/dag

Guide OraRoa droit.jpg