• OraRoa guide de la santé
  • OraRoa guide de la santé
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône
  • Gris LinkedIn Icône

© Agence SMILE - Guide de la santé 2019

Pour recevoir chaque semaine ton info santé, abonne-toi ICI

Attention au bruit !

L’audition passe par les oreilles dont la mission est à la fois de récolter les sons (pour alerter, communiquer, se faire plaisir) mais aussi de te donner des repères pour te situer et garder l’équilibre (on parle de proprioception).



Le spécialiste à consulter en cas de problème est l’oto-rhino-laryngologiste, plus communément appelé ORL.


C’est lui aussi qui s’occupe de toute la sphère ORL : l’oreille, le nez, les sinus, la gorge et le cou (bouche, langue, larynx, trachée, thyroïde) ainsi que les glandes salivaires.


Le son comment ça marche ?

Le son est une vibration que l’oreille est capable de capter et de transformer pour que le cerveau puisse l’interpréter.



L’oreille est divisée en plusieurs parties. On décrit :


- l’oreille externe (ou pavillon), la partie visible ainsi que le conduit auditif (ce que l’on nettoie avec un coton-tige et qu’il n’est pas conseillé de faire !). Ces éléments captent le son et le guident jusqu’au tympan.


- le tympan qui est une membrane qui sépare l’oreille externe et l’oreille moyenne. Le tympan transmet les vibrations reçues.


- l’oreille moyenne, juste de l’autre côté du tympan est composée de trois petits os ou osselets : le marteau, l’enclume et l’étrier (qui est le plus petit os du corps !). Avec eux le son continue son voyage, il est amplifié.


- l’oreille interne, la cochlée. C’est comme un petit escargot plein de liquide. Ce petit escargot transforme les vibrations en signal électrique.


Une fois transformé en signal électrique, le son emprunte les voies nerveuses et gagne le cerveau pour y être interprété.

Tout cela a lieu en quelques millisecondes. On a même l’impression que c’est instantané. On est capable d’entendre de la musique, des paroles ou du bruit en direct.


L’oreille humaine n’est pas capable d’entendre tous les sons (comme les ultrasons à très haute fréquence), mais une grande partie et suffisamment pour pouvoir se déplacer, communiquer, se faire plaisir. À condition que tout le système fonctionne correctement.


Repérer la surdité

La surdité c’est une perte partielle ou totale de l’audition, ce qui est très handicapant.


Certains naissent avec ce handicap. Repérer la surdité chez un tout-petit n’est pas chose aisée. Il faut rester vigilant car la surdité a des répercussions sur le développement du tout-petit, l’acquisition du langage, la communication avec les autres.


Pour repérer une surdité totale ou partielle, quelques clés :


- jusqu’à 3 mois en l’absence de sursaut aux bruits forts, le sommeil de bébé est imperturbable.


- à partir de 6 mois, absence de vocalises, de recherche de la source sonore si elle n’est pas visible.

- entre 9 et 12 mois : absence de réaction aux ordres simples s’il n’y a pas de mimique associée. à partir de 12 mois : absence de mots compréhensibles (maman, papa).vers 18 mois : impossibilité de désigner les parties du corps, absence de plusieurs mots signifiants dans le langage.

- 2 ans : pas d’association de 2 à 3 mots


- 3 ans incompréhension des consignes complexes.


- 4 ans : présence de troubles de l’articulation.


- après 4 ans : l’enfant monte systématiquement le son de la télévision, s’exprime souvent avec des gestes, fait répéter, n’entend pas les voix aiguës, ne se réveille pas lorsqu’il y a beaucoup de bruit, ne répond jamais lorsqu’on l’appelle d’une autre pièce. Il a des difficultés à l’école.


Ces limites de sont que des repères. Chaque enfant évoluant à son rythme.


Protéger son système auditif

L’intensité du son est mesurée en décibel. Quand le son dépasse un certain niveau de décibels, il peut devenir dangereux.


• En dessous de 85 décibels (dB), il n’y a pas de risque. Un aspirateur, le ronflement d’un dormeur peuvent atteindre ces valeurs.


• Au-dessus de 85 dB, il peut être nocif. Plus il y a de décibels et plus cela dure, plus le danger augmente. En boîte de nuit, le son peut atteindre ou dépasser les 100 dB. C’est un seuil douloureux et néfaste pour l’oreille.


Les risques sont variés : une fatigue auditive passagère, des acouphènes, un traumatisme auditif irréversible, voire la rupture du tympan.

Pour se protéger il faut en toute logique éviter une exposition à des bruits trop élevés (télévisions, enceintes…). D’autres conseils sont à retenir :


- Evitez le port d’écouteurs intra auriculaires, ceux qui se glissent dans les oreilles.


- Éviter aussi l’usage de cotons-tiges. La nature est bien faite, une migration de la peau permet de déplacer les saletés vers l’extérieur de l’oreille. Or, dans un milieu tropical comme celui de la Polynésie, utiliser un coton-tige, c’est prendre le risque d’infecter son conduit auditif.


- Réagissez rapidement en cas d’inconfort.


La proprioception

Dans l’oreille interne il y a un élément qui n’est pas utilisé pour l’audition, c’est le vestibule. Lui joue un rôle dans l’équilibre. Quand on a le mal des transports, c’est de sa faute.


Le vestibule travaille en étroite collaboration avec les yeux (vision) mais aussi avec des récepteurs situes le long de la colonne vertébrale pour assurer l’équilibre du corps.

Le vestibule, véritable centre de l’équilibre, peut être impliqué dans des situations de vertiges.


Le vertige est une sensation qui donne l’impression de tanguer, de perdre l’équilibre, il donne l’impression que tout tourne autour de soi, que l’on va tomber. C’est une sensation répandue dont les causes sont multiples. Pour les identifier, il faut consulter.


#audition #surdite #son #ORL #protection #proprioception

Guide OraRoa droit.jpg