OraRoa 2021

CAIRAP

Legionella pneumophila, une bactérie à surveiller

En Polynésie comme ailleurs, la Legionella pneumophila se développe dès lors qu’elle rencontre les conditions de vie idéales pour elle. En général des espaces humides où la température est comprise entre 25 et 45° Celsius. Inhalée par l’homme, cette bactérie est responsable d’une affection grave appelée légionellose.


Le Cairap qui est un laboratoire d’analyse industrielle des eaux effectue de nombreux prélèvements. La présence de Legionella pneumophila dans les eaux chaudes sanitaires par exemple n’est pas rare. Pour prévenir l’infection il est important d’avoir conscience de la présence de la bactérie, de ses dangers et d’effectuer des désinfections régulières.


La Legionella pneumophila est une bactérie responsable notamment et principalement d’une maladie appelée légionellose.

Cette maladie présente des symptômes similaires à la grippe : fièvre, frissons, toux, difficultés respiratoires et parfois d’autres signes comme la nausée et la confusion.

Ces symptômes apparaissent au bout de 2 à 10 jours après la contamination(le plus souvent entre 5 à 6 jours).


La gravité de l’infection dépend de plusieurs facteurs. Il y a d’une part la virulence de la souche de la bactérie, mais aussi la vulnérabilité du patient. Il existe des facteurs de risques : l’âge mais également, le tabagisme, le diabète, l’insuffisance rénale, l’existence d’une maladie chronique, une faible immunité. Les personnes transplantées sont également plus sujettes à des formes graves.



Où la bactérie vit-elle ?

Les légionelles colonisent de nombreux milieux humides : eaux douces de surface (lacs et rivières), eaux de forages, eaux thermales, sols humides, etc. À partir du milieu naturel, elle s’installe dans des milieux artificiels.




La condition favorable à sa prolifération est surtout la température. Legionella pneumophila prolifère dans un milieu dont la température est comprise entre 25°C et 45°C. Les réseaux d’eau chaude sanitaire, complexes, favorisant la stagnation de l’eau et la formation de biofilms sont idéaux. Les sources de contamination sont donc très variées : douches, robinets des systèmes de distribution d’eau potable, spas et panaches des tours aéro-réfrigérantes, brumisateurs, humidificateurs, appareils à oxygénothérapie et apnée du sommeil, fontaines décoratives…




Transmission et traitement

La présence de légionelles dans l’eau ne suffit pas pour contaminer une personne. Il faut en plus que l’eau se retrouve sous forme d’aérosol. Car l’homme s’infecte en inhalant des micro-gouttelettes d’eau contaminée. Il n’y a pas de transmission d’homme à homme.


Seul un professionnel de santé peut effectuer les tests nécessaires à l’identification de la légionelle. Il est donc seul habilité à confirmer le diagnostic de légionellose. La légionellose nécessite un traitement par antibiotique qui dure entre 14 et 21 jours. Quand le diagnostic et le traitement interviennent tôt, l’issue est généralement favorable.



#cairap #legionellapneumophila #bacterie #légionelles

habillage droit-2021.jpg