• OraRoa guide de la santé
  • OraRoa guide de la santé
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône
  • Gris LinkedIn Icône

© Agence SMILE - Guide de la santé 2019

Pour recevoir chaque semaine ton info santé, abonne-toi ICI

Gerolsteiner Tahiti 1

Les maladies chroniques

Comment bien les traiter

D’après l’Organisation mondiale de la santé (OMS), sont considérées comme « maladies chroniques » les affections de longue durée (plus de 6 mois) qui évoluent avec le temps. Responsables de 63% des décès, les maladies chroniques (cardiopathies, accidents vasculaires cérébraux, cancer, affections respiratoires chroniques, diabète...) sont la toute première cause de mortalité dans le monde.


Certaines maladies chroniques peuvent être silencieuses. Elles évoluent pendant des mois, voire des années sans qu’il y ait de symptômes évidents.


Une fois installée, la maladie reste. En cas de maladie chronique, le soin ne guérit pas, il aide à vivre avec la maladie, il retarde l’apparition de certains symptômes.


Par ailleurs, une fois malade, cela ne se voit pas forcément de l’extérieur. On peut ainsi avoir du diabète sans que les personnes rencontrées ne s’en aperçoivent.


Certaines maladies chroniques concernent des âges plus avancés, comme l’hypertension et la BPCO. Elles sont traitées dans les fiches concernant les adultes (45-65 ans)


L’asthme

L’asthme apparaît dans la petite enfance, mais il faut attendre 5 ans avant de pouvoir confirmer le diagnostic. C’est un médecin comme le pneumologue qui peut poser le diagnostic à la suite d’un interrogatoire précis.



Plusieurs facteurs expliquent l’apparition de l’asthme : il y a d’une part une sensibilité génétique et d’autre part des facteurs environnementaux comme le contact avec des allergènes (voir section allergie).


Le tabagisme actif ou passif, la pollution atmosphérique, les produits chimiques, certains virus responsables d’inflammations des voies respiratoires, la prise de certains médicaments, le stress, les hormones, certains efforts physiques ou certaines conditions climatiques peuvent déclencher des crises.


L’asthme est une maladie respiratoire chronique due à une inflammation permanente des bronches.

Il se manifeste par :

- des crises, caractérisées par des épisodes de gêne respiratoire (essoufflement),

- une respiration sifflante,

- une toux sèche ou une sensation d’oppression dans la poitrine.


Les crises d'asthme peuvent durer de plusieurs minutes à quelques heures. Entre deux crises, la respiration redevient normale. La fréquence et l’intensité des crises d'asthme varient d’un individu à l’autre.

Ces dernières années il y a eu de gros progrès thérapeutiques.

Le traitement de l’asthme sévère notamment a été simplifié. Un traitement de fond est proposé et des solutions ponctuelles en cas de crises existent.

Les allergies

Quand le corps fonctionne « normalement », le système immunitaire détecte un virus (une bactérie, un champignon…) puis fabrique des anticorps pour le combattre.


L’allergie est une réaction excessive de l’organisme. En cas d’allergie, l’organisme réagit contre des éléments étrangers qui sont en fait inoffensifs. Ces corps étrangers qui provoquent l’allergie sont appelés les allergènes ce sont :

- certains aliments,

- le soleil,

- les pollens,

- les poils de chats/chiens

- les acariens.


Certains venins d’insectes peuvent par ailleurs provoquer des réactions allergiques, c’est-à-dire des réactions de l’organisme disproportionnées.


Différentes régions du corps peuvent réagir : la peau, les yeux, le système digestif, les voies respiratoires. Cela dépend des gens et de leur degré de tolérance.

Cela va d’une légère sensation de picotement ou d’une petite rougeur sur la peau au choc anaphylactique.


Le choc anaphylactique est une urgence médicale causée par une réaction allergique immédiate et généralisée : il y a un risque de mort si l’on n’intervient pas rapidement. C’est une réaction rapide et violente ( 5 à 20 minutes).

Les allergies alimentaires

Les réactions déclenchées par des aliments peuvent survenir dans les 2 heures suivant leur ingestion et jusqu’à 48 heures plus tard. Souvent, les symptômes sont légers : des picotements sur les lèvres, des démangeaisons ou des éruptions cutanées. Mais pour certaines personnes, l’allergie peut être très grave et même mortelle. Il faut alors bannir l’aliment ou les aliments en cause. Les allergies alimentaires apparaissent en général après 4 ans.

Les principaux allergènes alimentaires sont : les arachides (cacahuètes), fruits à écales (amandes, noix du Brésil, noix de cajou, noisette, pistaches, noix de macadamia…), lait de vache, les œufs, les poissons, les fruits de mer, le blé, les grains de sésame, le glutamate.



L’allergie au soleil

Cette allergie se manifeste par l’apparition de boutons sur la peau, voire des vésicules sur les zones exposées au soleil. Ces manifestations bénignes sont inconfortables.

Ce sont les UVA qui provoquent les allergies, les UVB eux sont responsables des coups de soleil et du bronzage.


Pour prévenir cette réaction, il suffit d’éviter les expositions au soleil ou bien de se protéger avec des crèmes solaires aux indices élevés et/ou avec des vêtements protecteurs.

Les allergies aux acariens, poils de chat/chien…

Les acariens et poils de chat/chiens (le pollen ne semble pas provoquer d’allergies en Polynésie) sont responsables, chez les personnes allergiques :

- d’écoulement nasal clair,

- d’éternuements à répétition,

- d’obstruction nasale (nez bouché),

- de démangeaisons du nez et/ou du palais,

- de perte de l'odorat.

Une conjonctivite allergique est souvent associée : larmoiement, rougeurs, picotements des yeux.


Ces allergies apparaissent dans la petite enfance.

En cas de doute, il faut consulter un allergologue qui fera un test cutané, un examen biologique.

En cas de doute sur les allergies de votre enfant aux acariens, poils de chat ou de chien (le pollen ne semble pas provoquer d’allergies en Polynésie), il faut consulter un allergologue qui fera un test cutané, un examen biologique.

Un traitement médicamenteux est possible ainsi qu’une désensibilisation en cas d’allergie aux acariens.


Pour le confort du patient, il faut en toute logique, éloigner les allergènes. Laisser les animaux dehors, passer l’aspirateur le plus souvent possible, aérer le linge de lit, retirer tous les tapis, préférer les armoires fermées plutôt que les étagères pour ranger le linge, pour les enfants limiter le nombre de peluches…


#maladieschroniques #allergies #traitements

Gerolsteiner Tahiti 3