• OraRoa guide de la santé
  • OraRoa guide de la santé
  • Gris Icône Instagram
  • Gris Pinterest Icône
  • Gris LinkedIn Icône

© Agence SMILE - Guide de la santé 2019

Pour recevoir chaque semaine ton info santé, abonne-toi ICI

Guide Oraroa gauche.jpg

L’évacuation sanitaire

On parle couramment « d’evasan », ce terme est en fait le diminutif des mots « évacuation sanitaire ».

L’évacuation sanitaire est une offre de soins proposée par le médecin traitant si :

  • Les soins ne sont pas réalisables dans l’île où vous résidez,

  • Les soins ne sont pas réalisables en Polynésie française.

L’évacuation sanitaire est prise en charge par la Caisse de prévoyance sociale (CPS) dans les conditions prévues par le régime d’affiliation du patient à savoir : le régime des salariés, des non-salariés, de solidarité, l’ENIM ou la sécurité sociale.

Évacuation sanitaire hors Polynésie

Dans certains cas, un patient ne peut pas être soigné en Polynésie par manque d’infrastructures, d’équipements ou de spécialistes.

 

Comment cela se passe-t-il ?

  1. Le médecin traitant informe alors son patient de la nécessité d’une evasan.

  2. Il prend contact avec une structure hospitalière pouvant recevoir son patient. 

  3. Il adresse une demande au service Evasan de la CPS. Cette demande doit être motivée, elle doit contenir le lieu d’accueil de soins avec les coordonnées, le nom du service ainsi que celui du responsable de ce service et la date d’admission.

  4. La demande est examinée par le médecin conseil de la CPS.

 

C’est le service Evasan de la CPS qui organise l’évacuation sanitaire lorsqu’elle est validée et qui assure la gestion administrative, médicale et sociale du patient évasané.

Europe assistance océanie (EAO) se charge d’effectuer la réservation des places d’avion, du matériel médical nécessaire (chaise roulante, civière, oxygène…), du visa médical pour la Nouvelle-Zélande et du transport terrestre à votre arrivée. 

Le médecin d’EAO contacte le patient pour confirmer son aptitude à voyager.

La CPS prend en charge à 100% en tiers payant :

  • Le billet aller-retour du patient, celui de l’accompagnateur médical et/ou familial pour les enfants âgés de moins de 16 ans, voir jusqu’à 18 ans et plus par dérogation.

  • Tous les frais médicaux liés à l’évacuation sanitaire (hospitalisation, soins externes, frais pharmaceutiques etc.…).

  • L’hébergement du patient et celui de l’accompagnateur familial pris en charge par la CPS dans les structures conventionnées ou dans un hébergement non conventionné dans la limite des tarifs forfaitaires.

  • Les transferts entre l'aéroport, les centres de soins et les lieux d’hébergement.

  • Une aide vestimentaire après évaluation sociale.

  • Le rapatriement de la dépouille mortelle en cas de décès du patient ou les frais d’incinération.

 

Pour les ressortissants de la Sécurité sociale métropolitaine, la CPS prend en charge pour le compte de la Sécurité sociale, le billet aller-retour du patient, les transferts entre l'aéroport et le lieu de destination.

La Sécurité sociale assure après accord préalable, le transfert entre l’hébergement et l’hôpital.

Les frais médicaux et d'hospitalisation sont pris en charge directement par la caisse d'affiliation suivant sa réglementation sur présentation de la carte vitale.

Pour tous les autres frais (hébergement...) il faut se renseigner auprès de votre caisse d'affiliation.

 

Conseils pratiques

Avant le départ, en fonction de sa situation, il appartient au patient et/ou à l’accompagnateur de se mettre à jour de toutes les formalités auprès de son employeur, de la CPS et autres organismes. Cela concerne : 

  • La demande de congés,

  • L’arrêt de travail ou prolongation d’arrêt de travail,

  • la validité du carnet de soins « longue maladie »,

  • La banque,

  • Le propriétaire le cas échéant…

Évacuation sanitaire inter-îles

Une évacuation sanitaire inter-îles, c'est le transport du patient de son île de résidence vers le lieu de soins le plus proche si les soins dont il a besoin ne sont pas réalisables sur son lieu de résidence.

Il y a l’evasan :

  • urgente. Elle est déclenchée par le médecin de l’île ou le SMUR qui assurent les démarches administratives, se chargent de la réquisition du transport.

  • programmée. Après avoir fixé des rendez-vous avec les services spécialisés situés en dehors de l’île de résidence, le médecin traitant contacte la CPS. Le médecin conseil de la CPS évalue et contrôle la demande puis, en cas d’avis favorable émet un bon de transport aller-retour. Ce bon de transport est à déposer à Air Tahiti qui effectue la réservation et émet votre billet d’avion pour vous rendre à votre rendez-vous.

Grossesse et evasan

Vous êtes enceinte et résidez dans les îles ? Consultez votre médecin ou le centre médical le plus proche de votre domicile pour programmer la première échographie dans la structure médicale de votre archipel en evasan.

À l’occasion de cette première consultation de grossesse, votre médecin vous remet le planning des consultations à venir jusqu’à l’accouchement. Il vous donne également votre attestation de retour à déposer à l’antenne CPS la plus proche en échange d’un bon de transport. 

Pour les consultations suivantes, la procédure reste identique sauf s’il y a des complications.

Puis, avant le 8e mois de grossesse, une EVASAN programmée pour votre accouchement est mise en place. La CPS prend en charge l’hébergement de la mère.

Pour votre information : la compagnie Air Tahiti accepte les passagères au plus tard le 8e mois de grossesse.

Pour les évacuations sanitaires inter-îles, la CPS prend en charge : 

  • Les frais de transport aller-retour aérien et maritime pour le patient (l'éventuel accompagnateur familial ou l’accompagnateur médical).

  • L'hébergement du patient et celui de l'accompagnateur dans les structures conventionnées.

  • Le transport terrestre peut également être pris en charge pour les personnes en hébergement conventionné.

  • Le rapatriement de la dépouille mortelle en cas de décès du patient sur présentation des justificatifs (remboursement sur la base du tarif maritime).

Conseils pratiques

Informez la CPS de tout changement de domicile et/ou de situation (familiale, professionnelle).

Il vous appartient de vous mettre à jour de toutes les formalités auprès de l’employeur, de la CPS ou autres organismes en fonction de votre situation.

Le bon suivi de votre dossier, c’est la continuité de vos droits !

Par ailleurs, demandez à votre médecin : 

  • la durée approximative du traitement,

  • en quoi consiste votre traitement,

  • un arrêt de travail ou la prolongation d’un arrêt de travail si vous êtes salarié, à compter de la date du départ de l’évasan. Il faut faire parvenir cet arrêt au service Assurance Maladie de la CPS et à l’employeur,

  • tous les documents médicaux vous concernant (radiographies, scanner, lames,…)

Les droits et devoirs du patient

L’évacuation sanitaire est une offre faite au patient qui implique des droits et des devoirs.

 

Ainsi :

  • L’enfant a droit à un accompagnateur familial, s’il a moins de 16 ans voire jusqu’à 18 ans par dérogation.

  • Au-delà de 18 ans, des dérogations peuvent être accordées en fonction de l’avis du contrôle médical et du service social de la CPS.

  • Après accord du médecin conseil de la CPS, le patient peut être accompagné médicalement.

  • Le patient doit se soumettre aux soins et examens demandés par le médecin prescripteur. 

Te mau ha’amāramaramara’a ato’a i ni’a i te tahua natirara cps.pf nā roto i te reo tahiti.

 
Guide OraRoa droit.jpg